Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Commune de Gourdon-Murat

Léonard Lissandre au fil du bois

13,14,15 août 2019 à Bugeat

Exposition exceptionnelle où nous pourrons admirer le monde sculpté de Léonard Lissandre.

"Retenons surtout que Lissandre, l'imagier bugeacois, nous confie une oeuvre éparse dont on ne soupçonnait pas l'ampleur avant que ce beau livre existe. Sans doute avait-il deviné qu'il gravait dans le bois les dernières images de la vieille société rurale. Il y a chez  lui plus de mélancolie que de révolte. Ce révolutionnaire est à la fois curieux des autres et bienveillant."

Ces mots sont la fin de la préface du livre de Suzanne Lachaud, arrière petite-fille de Léonard Lissandre, préface écrite par Jean-Marie Borzeix.

A cette exposition il sera possible de voir deux oeuvres de Louis Larivière , originaire de Gourdon-Murat.

Notice de Pierre Gandois sur ces oeuvres

Louis Larivière de Gourdon-Murat, Corrèze, fait revivre, avec ses objets miniatures en bois, un monde disparu.
« La carriole, son conducteur, la mule et son harnachement »
Miniature en bois, dernier tiers du 20e siècle, collection privée.
Louis Larivière est né en 1903, à Gourdon-Murat, et il est mort en 1981. Il a exercé la profession de scieur de long. La retraite venue,  il a sculpté le bois. Michel Peyramaure, qui a rencontré la fille de Louis Larivière quand il préparait son livre sur les Monédières, « Les Montagnes du jour. Monographie sentimentale des Monédières », publié en 1983, a vu, dans l'ancien atelier de Gourdon-Murat du scieur de long, les objets qu'il avait fabriqués : des attelages miniatures, des petits outils de ferme, des cannes.
Des dizaines d’années plus tard, d’heureuses rencontres entre diverses personnes intéressées par les œuvres culturelles qui naissent dans les pays de Haute-Corrèze ont permis de mener des recherches sur les travaux artistiques que menait, dans son atelier de Gourdon-Murat, Louis Larivière, fabriquant des miniatures en bois. C’est au moment où le monde rural est en pleine mutation, et où les tombereaux, les fardiers, les carrioles vont disparaître, que Louis Larivière a créé ces objets. A travers les petites pièces de bois qu’il assemble, il nous livre comme les témoignages d’un mode de vie rural, qui, sous ses yeux, approche de sa fin, et que l’historien Eugen Weber a décrit dans son ouvrage « La Fin des terroirs ».

Et puis ce vélo!

Ecoutez Louis raconter ces course en vélo...... c'est incroyable!

ICI
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article