Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Commune de Gourdon-Murat

27 mai 2022 journée nationale de la Résistance

En présence des membres de l'ANACR, Jacques Chastagnol, Bernard Bouche, Denise Brédimus, Maryse Besse, Paulette Madranges, Danielle Terracol, François Terracol, Éliane Létang, et Danielle Clemenceau, ainsi que de M. Urbain, maire de Bugeat, de Mr Garais, maire de Gourdon-Murat, de M. Christophe Petit, vice-président du Conseil Départemental et de la population, une  lecture de plusieurs messages a été faite devant le monument aux morts de Bugeat.

Après le dépôt d'une gerbe, Mme Danielle Terracol avec le message de l'ANACR;


 

MESSAGE de L'ANACR POUR LA JOURNEE NATIONALE DE LA RESISTANCE, 

LE 27 MAI 2022

 

Il y a 79 ans, le 27 mai 1943, dans Paris occupé depuis près de trois ans, quadrillé par l’armée nazie avec le concours des forces de répression du régime collaborateur avec l’occupant que présidait Pétain, les représentants de huit mouvements de Résistance, de six partis politiques résistants et des deux centrales syndicales clandestines se réunissaient, 48 rue du Four, autour de Jean Moulin, initiateur de la rencontre à l'issue de laquelle allait naître sous sa présidence, le Conseil National de la Résistance : le CNR; 

 

C’était là un événement historique de portée considérable puisqu’il coordonnait dans le combat commun, toutes les forces de la Résistance jusque-là dispersées, ouvrant ainsi la voie à l’unification au sein des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI), des différentes structures militaires de la Résistance et conduire à l’élaboration du Programme du CNR, intitulé « Les Jours Heureux ». 

 De plus, lors de sa réunion constitutive, le CNR en se plaçant sous l’autorité du Comité National Français présidé par le Général de Gaulle, allait lui permettre de s’affirmer comme le représentant de l’ensemble de la France Combattante, tant sur le sol national occupé que sur tous les théâtres d’opération où s’illustraient aux côtés des Alliés, les « Français libres ».

 

   Patriotisme, humanisme, idéaux démocratiques et aspiration à un monde juste et en paix furent les valeurs inspiratrices du Programme du CNR. Celui-ci dessina les contours d’une France rénovée après sa libération, d’une France démocratique sur les plans politique, économique et social, d’une France solidaire. Programme dont la mise en place à la Libération par le Gouvernement présidé par le Général de Gaulle de nombre des mesures qu’il préconisait, permit de redresser économiquement la France, d’affirmer son indépendance nationale, d’approfondir sa vie démocratique en même temps que des réformes  qui constituent encore aujourd’hui le socle de notre protection sociale.

Ces valeurs pour lesquelles luttèrent les Résistants et cette aspiration dont ils furent porteurs, restent plus que jamais d’actualité 77 ans après la victoire le 8 mai 1945 des peuples et des armées alliées sur la barbarie du nazisme et des fascismes. Car le monde contemporain connait toujours la guerre, l’oppression, le racisme, les discriminations et épurations ethniques, les persécutions religieuses, le sous-développement social et culturel de populations entières. Les héritiers des idéologies criminelles vaincues en 1945 relèvent la tête, réécrivent l'Histoire et retrouvent une audience à la faveur des crises politiques, sanitaires, sociales, climatiques, que connaissent nos sociétés et le monde.

C’est pour assurer la nécessaire transmission aux jeunes générations de ces valeurs et de cette aspiration, pour répondre à leur besoin de connaissance, de repères et de mémoire que, depuis 1988, l’Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance, l’ANACR, rejointe par d’autres Associations du Monde Combattant et appuyée par l’UFAC, a obtenu en 2013 de la représentation nationale, l’instauration d’une Journée Nationale de la Résistance le 27 mai.  Journée devant être un moment privilégié, particulièrement pour l'Education nationale, du passage de cette mémoire, en même temps que d’hommage à la place de la Résistance dans l’histoire contemporaine de notre pays, aux Résistantes et Résistants tombés pour sa liberté. 

 

L'ANACR

 

 

 

Puis c'était au tour de M. Urbain de lire le message de M. Sébastien Lecornu ministre des Armées.

 

"Il y a 79 ans, le 27 mai 1943, se tenait, au 48 de la rue du Four, dans un Paris occupé où flottait le drapeau nazi, la première réunion du Conseil National de la Résistance.

Les représentants de huit mouvements de Résistance, six partis politiques et deux syndicats, décidèrent d’unir leurs forces pour lutter contre l’occupant nazi. Sous l’égide de Jean Moulin, missionné par le Général de Gaulle, dix-huit hommes et une femme s’unissaient pour déployer partout en France cet esprit de résistance qui animait ceux de Londres depuis le début de la guerre. Bientôt cet esprit deviendrait « la Résistance », rassemblant derrière elle les Françaises et les Français de tous horizons pour mener de l’intérieur le combat commun de la Libération.

Ce 27 mai 1943, rassemblé dans l’ombre, ce premier Conseil National de la Résistance allait permettre de transcender les différences de chacun derrière une même cause, celle d’une Résistance unie contre l’envahisseur. S'ensuivirent les combats éclatants pour la libération de Paris, puis celle de l'ensemble de la France aux côtés des Alliés et, enfin, la reconstruction d’un pays libéré, mais affaibli.

Au cœur de ce combat était la jeunesse, dont la fougue n’atténue pas le courage de ces lycéens et étudiants qui entonnèrent la Marseillaise aux abords de l’Arc de Triomphe, le 11 novembre 1940 ; cette fougue qui couvre de gloire la mémoire des fusillés du lycée Buffon ; et nous emplit de reconnaissance pour ces jeunes Français qui, refusant le Service du travail obligatoire, prirent les armes dans les maquis de France.

Aujourd’hui comme hier, l’esprit de la Résistance constitue une source d’inspiration et d’engagement pour les jeunes générations, qui incite à la générosité, à l’enthousiasme dans l’action et à faire face aux défis de notre temps.

Il y a 79 ans, au 48 de la rue du Four, ces résistants ont montré aux Français qu’il est un combat plus grand encore que ceux qui les avaient opposés, un combat pour la France, que les Français n’auraient pu gagner autrement que dans l’unité.

Parce que c’est la France.

Vive la République !"

> Message de Monsieur Sébastien LECORNU, ministre des Armées -

 

Quelques mots sur l'Assemblée générale de l'ANACR, comité de Bugeat.

En présence de 9 membres sur 37 adhérents, le comité de Bugeat faisait le point sur la situation présente. Toutes les commémorations, après deux ans d'absence due à la pandémie, ont été tenues  (l'Echameil, les Bois de la Vergne, Les Bordes et Marcy à venir le 14 juillet). 

Il est à déplorer que cette association n'arrive pas à fédérer d'autres adhésions avec des personnes plus jeunes. Pour autant, le comité s'engage à continuer à honorer la mémoire de tous nos résistants de notre canton.

Pour finir, le comité approuvait le nouveau bureau avec :

Danielle Clemenceau et Denise Brédimus au secrétariat et Danielle Terracol à la trésorerie.

Après la cérémonie du 27 mai le comité a offert le verre de l'amitié.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article